Histoire de la programmation

Histoire de la programmation
Histoire de la programmation

Vous avez le sentiment que savoir coder est devenu un enjeu du siècle ? Vous êtes conscients qu’apprendre l’informatique aujourd’hui c’est comprendre le monde de demain ? Vous vous intéressez au métier de développeur web ou programmeur ?

L’apprentissage pour devenir développeur est plus simple qu’il n’y parait. La plupart des langages utilisés suivent une logique claire. Aucune excuse donc pour commencer ! d’autant que, concernant les application mobiles, le journal Les Echos nous indique qu’en 2019, les utilisateurs de smartphones ont téléchargé 204 milliards d'applications dans le monde, soit une progression des téléchargements de 45 % en 3 ans.

Pour ceux qui ne sont pas encore convaincus, je vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’histoire fascinante de la programmation. Si, si, vous allez adorer.

De l’âge de pierre à la seconde guerre mondiale

Commençons par deux définitions simples :

Coder, c’est programmer un langage permettant de communiquer avec un ordinateur et des algorithmes. Et programmer, c'est savoir créer des applications web et mobiles, des pages web, des interfaces-utilisateur, tel ou tel logiciel de programmation, ou encore piloter et programmer des robots informatiques.

Mais n’allons pas trop vite. Bien avant de pouvoir manipuler robocop, en 1842 précisément, naît le 1er modèle de programmation . En 1840, Ada Lovelace (1814-1852) parvient à définir le principe d'itérations successives dans l'exécution d'une seule opération, qu’elle nomme directement «un algorithme».

Qui est Ada Lovelace ? Une mathématicienne (bien sûr), mais qui commence d’abord son trivial en traduisant des mémoires, comme celui de l'Anglais Charles Babbage (1791-1871), mathématicien Italien sur la machine analytique. Les calculs de cette machine reposent alors sur des cartes perforées, sur lesquelles de l'information est encodée. Mme Loveplace détaille alors une méthode pour calculer les nombres de Bernoulli sur ces cartes perforées, ce qui sera plus tard considéré comme le tout premier programme informatique du monde.

De son invention, nous pouvons voir les prémices de tous les principes d’une machine à calculer, qui comporte plusieurs éléments :

  • Un dispositif permettant d'encoder des données numériques (cartes perforées, roues dentées).
  • Une mémoire pour enregistrer les valeurs numériques.
  • Une unité de commande grâce à laquelle l'utilisateur indique à la machine les tâches à effectuer.
  • Un "moulin" chargé d'effectuer les calculs.
  • Un dispositif permettant de prendre connaissance des résultats.

Faisons un saut de 100 ans en avant, avec l’apparition des premiers ordinateurs en 1940. Evidemment ce ne sont pas encore les ordinateurs d’aujourd’hui, avec une mémoire très limitée et des temps de réponse très longs. D’autant que ces machines étaient énormes et réservées encore exclusivement à l’expérimentation. les programmes devaient être rentrés, caractère par caractère, à la main.

À partir de la seconde guerre mondiale : l’accélération jusqu’en 1960

En 1945 est inventé le vrai premier ordinateur électronique : l'ENIAC, qui veut dire electronic numerical integrator and computer. Il peut être reprogrammé pour résoudre, en principe, tous les problèmes calculatoires.

En 1950, Grace Murray Hopper (1906-1992), une Américaine mobilisée dans la marine, créée le premier compilateur. Son invention permettait de générer un programme binaire à partir d'un code «source».

Le langage Fortran (Formula Translator) est l'un des premiers langages de programmation de haut niveau permettant d'écrire de manière complète et détaillée des procédures de calcul ou des algorithmes complexes sans faire appel au langage d’assemblage. Il y aura également LISP, le COBOL...et bien d’autres langages suivront, selon les applications (gestion, traitement de listes..).

Ce dernier, langage, le COBOL, sera le langage le plus utilisé au monde pendant plus de 20 ans, il est également, de tous les langages, celui qui détient le plus de lignes de code de programmation.

Pendant la décennie suivante, la technologie informatique se perfectionne de plus en plus, avec la mise au point d’autres langages et de la structure informatique.

À partir de 1969 et jusqu’en 1990 : naissance des langages d’aujourd'hui

Le langage C voit le jour entre 1969 et 1973.

C est un langage de programmation impératif généraliste, de bas niveau. Inventé au début des années 1970 pour réécrire UNIX, C est devenu un des langages les plus utilisés, encore de nos jours.

De nombreux langages plus modernes comme C++, C#, Java et PHP ou Javascript ont repris une syntaxe similaire au C et reprennent en partie sa logique. C offre au développeur une marge de contrôle importante sur la machine (notamment sur la gestion de la mémoire) et est de ce fait utilisé pour réaliser les «fondations» (compilateurs, interpréteurs…) de ces langages plus modernes.

Il servira également pour développer le système d'exploitation des ordinateurs Apollo, Macintosh ainsi que pour la première version d'Adobe Photoshop.

Les années 1990 marquent les débuts de la programmation web avec les balbutiements de l’internet, puis en 2000 arrive le web, qui est lui-même à l’origine de l’apparition de langages de scripts, des langages interprétés, héritiers des langages de commande intégrés dans les systèmes d'exploitation. Certains de ces langages sont encore utilisés aujourd’hui :

  • Python, créé en 1991.
  • PHP, JavaScript et Java, créés en 1995.
  • Ruby, inventé en 1993.
  • C#, écrit en 2000.

Concernant la langage Python, Guido van Rossum a nommé ainsi ce langage car il était fan de la série "Monty Python" !

Le langage PHP (Hypertext Preprocessor) apparait en 1994 grâce Rasmus Lerdorf. Quelques années plus tard, la majorité des sites web allaient être codées en PHP, notamment Wikipédia, Facebook et YouTube.

De nos jours, le travail se concentre principalement sur le fait d’améliorer la connaissance en programmation existante : ce ne sont pas de nouveaux langages créés, mais ceux-ci sont modifiés en permanence pour supporter l’émergence des nouvelles technologies, qui évoluent sans cesse.

L'équipe Jerry Code.